Le père de Massinissa GUERMAH s’exprime

0
1836

Azul,

Le père de Massinissa GUERMAH, la première victime du pourvoir Algérien, lors du Printemps Noir 2001 s’est exprimé sous forme de déclaration.

Ci-dessous la déclaration.

Ar tufart

 

 

 

     DECLARATION

 

 

Je remercie du fond du cœur la jeunesse et tous les citoyens qui ont fait du printemps noir  un événement historique 2001. Le mouvement citoyen né dans le sang et la douleur est la seule mouvance qui a donné une leçon de patriotisme aux yeux du monde entier. ‘’Arrouch’’ à présent est pris comme  un exemple d’organisation suivie  à l’intérieure comme à l’extérieure du pays. Malgré la douleur, voir cela, c’est çà notre fierté.

 

Quelque soit l’ennui et la durée de la nuit, la lumière et la vérité éclaireront  le jour.

Tout cadavre jeté à la mer finit par remonter un jour. C’est un adage plusieurs fois vérifié dans le monde.

Il en est de même pour la culture Amazigh. On a beau l’occulter, la réprimer, l’interdire etc.…. Elle finit toujours par s’imposer.

 

C’est une culture vivante carportée par ses propres fils (illes). Elle ne Moura donc jamais. N’en déplaise à vous messieurs du pouvoir.

 

Le 20 Avril est là de nouveau pour être fêté.  La manière importe peu.Le repère « 20 AVRIL » (printemps Amazigh) est sacré.  Nul ne peut l’effacer  ou le faire oublier même aux jeunes générations montantes qu’on a voulu arabiser par tous les moyens.

 

Les faits sont là! Le combat identitaire est porté par tous. Il a fait du chemin. C’est indéniable. Il aboutira, c’est plus que certain. L’amazighité de l’Afrique du nord est inéluctable.

L’union du Maghreb arabe? C’est de la pure invention des pouvoirs en place. C’est donc de l’utopie. Tamazgha est une réalité qui nous rattrape. C’est le retour aux sources.

‘’TAMAZIGHT ‘’ :

Elle est consacrée officiellement au Maroc.

Elle s’impose de plus en plus en Algérie.

Elle est portée en Lybie.

Elle fait son chemin en Tunisie, au Malietc. …..

 

Cette mouvance réussira, carelle est portée par ses propres enfants. Rien ne peut arrêter le cours del’histoire.

La preuve est là. Nous revoilàréunis de nouveau pour commémorer cette date à événement déclencheur qui estdevenu un point de repère dans notre combat.

 

-De OUED AISSI àBENI-DOUALA en passant par AMIZOUR.

-De 1980 à 2001 sansoublier 1949.

Le 20 Avril a été, est et restera cette date repère :

-pour notre combat identitaire.

– pour la justice

– pour les droits de l’homme

–  contre la hogra et contre  la politique du pouvoir mafieux et assassin.

 

Trop de sang a coulé. La KABYLIE a payé un lourd tribu.

Vous avez tué  BENAI OUALI,  M’BAREK  AT MENGUELLET,  KAMEL  AMZAL,TAHAR DJAOUT, MATOUB  LOUNES

etc. ….. et le 20 Avril, vous avez tué  GUERMAH  MASSINISSA et les  126 jeunes innocents et des handicapés à vie et des milliers de blessés un certain printemps noir 2001.

 

Vous pouvez encore tuer sans compter. La relève sera toujours là car notre combat est juste et noble.

Nous ne nous tairons jamais tant que la vérité, la justice n’éclatera pas au grand jour.

Nous sommes sereins et déterminés à poursuivre notre combat.

Vous êtes ridicules et affolées car vous savez au fond de vous-mêmes que notre combat aboutira un jour. C’est inéluctable.

 

C’est toute cette différence qui fait que nous ne nous arrêterons jamais.

Trop de sang a coulé. Trop d’injustice. Les crimes du printemps noirsont restés impunis à ce jour au même titre que ceux d’avant.

 

Le sang des martyrs nous interpellechaque jour. Nous n’oublierons jamais. Nous n’abdiquerons jamais.

Nous réclamons justice et que les assassins et leurs commanditaires soient traduits.

LOUNIS Le sage l’a compris et il le dit si bien:

GEZMET  TACITTA     AZZAR  ATSID  YEHHYU.

MATENTTLEM  ASSA   ADDIBENE  YIDALLI.

ANILLI.      ANILLI.      ANILLI.

ULAC  SMAH  ULAC

BENI-DOUALA le:18AVRIL 2013.

        Père  du premier martyre du printemps noir 2001.

                                                                                                                                      K. GUERMAH.

Marche des parents de martyrs en mai 2010 à Tizi Ouzou