L’association Tamazgha dénonce Alger

0
647

Azul,

Le 22 décembre 2012, dans une déclaration, Tamazgha dénonce les manœuvres des services de renseignements algériens (La DRS) qui s’activent à faire plier le MNLA et l’engager dans un processus dont le but inavoué est de replonger l’Azawad dans la domination et l’humiliation malienne.

Ci-dessous la déclaration de Tamazgha.

Ar tufart

 

 


 

 

L’État algérien plus que jamais anti-Azawad !

Déclaration

 

Le 21 décembre 2012, une information rendue publique à Alger fait état d’une déclaration de partenariat entre le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et le groupe islamiste Ansar-Dine. Si des membres du MNLA étaient effectivement présents à cette rencontre algérienne, le doute est plus que permis quant à leur légitimité, d’autant plus que la mission semble avoir pour objectif de brader le noble combat que mènent les femmes et les hommes de l’Azawad depuis janvier 2012. Un combat qui veut mettre fin à un demi siècle d’humiliation et de domination.

Nous sommes scandalisés que des personnes prétendant représenter le MNLA se laissent “corrompre” par les autorités algériennes. En acceptant de discuter avec des représentants d’un groupe d’obscurantistes ayant combattu le MNLA il y a quelques semaines et qui est responsable de crimes contre l’humanité dans l’Azawad, les signataires de cette déclaration prouvent qu’ils ne sont pas dignes du mouvement qu’ils prétendent “représenter”.

En attendant que des membres du MNLA s’expriment sur cette mascarade d’Alger, nous tenons à dénoncer la manipulation des services algériens qui mènent une guerre au MNLA depuis sa naissance dans le but de mettre fin à l’espoir suscité par ce Mouvement. L’espoir de voir enfin l’Azawad accéder à son indépendance.

Nous tenons également à dénoncer ceux parmi les Touaregs et membres du MNLA qui ont vendu leurs âmes pour servir les intérêts algériens au détriment de la dignité et de la liberté de l’Azawad. Nous restons convaincus que des femmes et des hommes de l’Azawad sauront poursuivre leur noble combat pour la libération de l’Azawad quelles que soient les difficultés auxquelles ils seront confrontés, y compris les plus amères des trahisons.

Nous les assurons de notre soutien et de notre engagement à leurs côtés jusqu’à l’aboutissement de notre combat de libération nationale.

 

Vive l’Azawad indépendant !

 

Tamazgha,
Paris, le 22 décembre 2012.